Le couteau de terrain

J’appelle couteau de terrain l’objet tranchant que j’emporte avec moi quand je pars dans la forêt. On a plutôt tendance à le nommer couteau de survie bien que je trouve le terme surfait quand on passe son temps à construire des cabanes et à couper du bois… Bref quels modèles j’utilise et pourquoi?

Le Parang Chris Caine Survival Tool

Le choix du couteau est objet de nombreux fantasmes et débats passionnés sur les forums spécialisés .

Si vous ne voulez pas vous prendre la tête et que vous voulez faire des cabanes et des feux de camp, je vous suggère le pack suivant : un couteau suisse Victorinox, un couteau Mora et une scie Silky.

Si vous souhaitez approfondir c’est parti.

– Introduction :

Le couteau de survie c’est à la fois beaucoup de projections, de peurs et de marketing. Le bon modèle c’est celui que vous emportez avec vous sans y réfléchir. Celui qui trouve toujours sa place dans la poche ou à la ceinture. C’est celui qui fait le job sans même qu’on y fasse attention, le prolongement d’une main. A partir du moment où un couteau reste plus souvent sur une étagère que dehors, il faut commencer à se poser des questions.

Le Victorinox Mini Champ m’accompagne partout.

Potentiellement tous les couteaux peuvent devenir “LE” couteau sans distinction de taille ou de prix.

– Pour quel usage ?

Le couteau est l’outil généraliste par excellence, il sera limité uniquement par votre imagination et votre dextérité. Il convient  aussi de bien réfléchir quant au job que vous souhaitez réaliser. Parfois une hache ou une scie seront peut être plus indiquées et moins chères.

Le couteau ne doit pas vous faire oublier que d’autres outils performants existent.

– Les bons couteaux :

Les meilleurs modèles ont des caractéristiques communes faciles à comparer. Ils vont bien en main et leur ergonomie met en sécurité, ils sont faciles à affûter et restent coupant longtemps. Ils résistent au mauvais traitements et demandent peu d’entretien.

– Les aciers :

Les métaux utilisés en coutellerie sont divisés en deux catégories : les carbones et les inox.

Les inox ne rouillent pas. En contrepartie ils sont plus durs et un peu plus cassants du fait du grain du métal.

Les carbones rouillent mais il s’affûtent bien et sont plus résistants aux torsions. Certains aciers carbones sont appelés springsteel, utilisés normalement pour les barres d’amortisseurs, ils sont très solides.

Les fabricants mentionnent souvent la dureté de l’acier employé en Rockwell. Plus l’indice est élevé et plus le couteau sera dur et cassant mais il tiendra la coupe longtemps. Au delà de 57 à 58 Rockwell je considère que c’est trop élevé pour une utilisation terrain.

– Lame fixe ou pliante :

Une lame fixe est toujours plus solide qu’un pliant mais aussi plus encombrante. Certains mécanismes de blocage sont tout de même assez sérieux pour utiliser des pliants hors des sentiers battus.

Le Coronado SERE par La Marque au Gamma à Thiers, un pliant qui n’a rien à envier à une lame fixe.

J’ai obtenu de bons résultats avec le Tri Ad Lock de Coldsteel et le Axis Lock de Benchmade.

– Mes modèles de prédilection :

Vu que je coupe beaucoup d’arbres, j’utilise à la fois des petits pliants et de grandes lames fixes. J’aime principalement le couteau suisse Victorinox Handyman, le Helle Lappland et le bowie Coronado.

De haut en bas : Bowie Coronado, Helle Lappland et Victorinox Handyman.

Le Bowie Coronado est un modèle destiné à la coupe lourde de 40cm de long. Ce couteau artisanal fabriqué à Thiers par la Marque au Gamma possède une solide lame de 8 mm d’épaisseur en acier carbone 90MCV8 .

Un arbre bloque le chemin? Pas de problème.

Le Helle Lappland est un couteau scandinave de grande taille en acier inox 12C27. Léger, il ne demande que peu d’entretien et convient bien à la cuisine en forêt.

Le couteau suisse quant à lui est réservé aux multiples bricolages et travaux de précision.

– Les fabricants pertinents :

Mon parcours m’a offert l’opportunité d’essayer de nombreux modèles, observez toutefois ces marques d’un oeil critique même les meilleurs couteliers peuvent se planter. Liste non exhaustive :

Les pliants :

  • Benchmade
  • Coldsteel
  • Douk Douk
  • Ibberson
  • Opinel
  • Victorinox

Les fixes :

  • Esee
  • Fallkniven
  • Helle
  • Ka-bar
  • La Marque au Gamma
  • Mora

– En conclusion :

Ne vous formalisez pas sur le prix ou sur le marketing, ce qui compte c’est la sécurité et l’efficacité. Et les cabanes bien entendu !

– Pour aller plus loin :

Découvrez d’autres équipements sur notre page bonnes adresses.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.