Construire une tiny house container. La ventilation.

La ventilation d’un habitat container est une étape critique. Les parois en tôle étant parfaitement étanches, je vais vous montrer comment contourner ce désagrément.

Petit retour sur la composition des murs avec le simulateur Ubakus :

Pour éviter au maximum la condensation j’ai dû rentrer une lame d’air ventilée.  Ce détail me permet d’obtenir un delta de 45°c avec l’extérieur via le simulateur. J’ai pris un grand delta pour être à peu près sûr que çà marcherait. Comprendre la mise en place de la lame d’air au niveau de la charpente dans cet article.

Cliché de la lame d’air avec l’isolant en place.

Pour rendre la lame d’air mobile j’ai effectué des trous dans le plancher du container qui sortent entre la tôle et l’isolant. J’ai aussi mis des tuyaux en PVC dans le plafond pour l’extraction.

– La mise en oeuvre :

J’ai choisi de mettre des boîtes dans les coins du containers et de percer le plancher. Il est aussi possible de poser des grilles d’aération directement dans la tôle. Ce qui compte c’est que çà fasse le job.

Pour mon système toutes les sections de PVC sont en diamètre 40mm.

Je perce le sol et le mur en prenant en compte les poutrelles métalliques du plancher et ma charpente. J’utilise une cloche d’environ 50mm. Les deux angles du côté porte de container ont un seul perçage dans le mur. Ceux du fond en ont deux :

Faites le passage à l’aide des doigt pour le futur tuyau de ventilation à travers l’isolant.

Je passe de la colle sur la tranche du contreplaqué pour le protéger de l’humidité.

Je protège mon entrée d’air des insectes et des rongeurs avec une grille en acier découpée sur mesure.

– La fabrication des boîtes :

Je construits les boîtes de manière standardisée en m’aidant d’une lamelleuse.

Je mets du joint pour rendre la boîte la plus étanche possible. Le bois est de l’osb4 en 12mm avec des lamelles taille 10.

La paroi correspondant au mur reçoit un tube pvc. La longueur du tube correspond à l’épaisseur d’isolant à traverser. J’applique du mastic silicone pour assurer l’étanchéité du montage. Le tube fait 40mm et le trou du mur 50mm. Cette différence est appréciable lors du montage du dispositif. Le tube pvc est collé à la boîte à la colle PU.

Je fixe le bas de la boîte au plancher à l’aide du mastic silicone. Les deux pièces en douglas étaient prévues pour fixer un capot amovible à l’aide de vis pour rendre la boîte visitable. Je suis finalement parti sur une option plus simple avec des bouchons pvc sur le capot de la boîte lui-même fixé au mastic silicone :

Les boîtes du fond présentent une subtilité avec les deux tubes de pvc. Le premier tube est collé et le deuxième est rentré après la pose de la boîte avant la fermeture du capot.

Cette technique nécessite une cloche du diamètre exact du tube.

– Le boîtier de ventilation :

Il s’agit maintenant de se connecter aux tuyaux de la sortie haute.

J’ai effectué un trou d’un diamètre 80mm pour la sortie en façade. Il est possible de connecter différents dispositifs comme des ventilations pour des cales de bateaux pour ce job. J’ai préféré un système maison démontable et visitable. Je suis parti sur un ventilateur pour armoire électrique en site isolé IP68 12V d’un débit de 90 m3/h. Il me restait plus qu’à construire la boîte autour.

J’ai fait une fenêtre plus large pour les tubes 40mm du plafond. J’obtiens ainsi un jeu pratique pour la pose. Je comble l’espace avec une entretoise ajustée aux tuyaux.

Le ventilateur est monté sur une plaque coulissante pour les interventions.

Sur ce dernier cliché on peut voir la bande de joint mousse de la plaque de visite. Quand un ventilateur dispose de plusieurs fils, sélectionnez le rouge et le noir pour un branchement direct. Après un premier essai je me suis rendu compte que d’avoir fixé directement le ventilateur sur sa plaque était une erreur. Les vibrations même mineures sont transmises et amplifiées par la plaque d’osb du plafond. J’ai découplé le ventilateur en plaçant un joint de portière automobile entre lui et la plaque.

– Modifications après 3 mois d’utilisation.

Emménager au milieu d’un hiver rigoureux a été très intéressant pour voir les limites du système. Et l’échec des boîtes d’aération basses qui condensent assez facilement. Je les ai démontées et remplacées par des grilles extérieures.

La principale difficulté c’est de trouver des grilles susceptibles de s’intégrer dans l’onde du container soit un diamètre extérieur de 68mm. J’ai pris ces grilles sur un site d’accastillage pour bateaux, elles sont en inox avec moustiquaire soudée.

Le protocole de montage est simple, perçage à la scie cloche diamètre 40mm. Pré-positionnement des vis auto-foreuses.

Je pose un joint PU avant vissage. L’avantage des vis sur les rivets  c’est de pouvoir régler le serrage optimal de la grille sans l’écraser.

En perçant mes parois, j’ai pris le temps de constater que les ossatures et les isolants étaient parfaitement secs. Les températures que j’ai mesurées sont de -10°C extérieur pour 25°C intérieur avec une hygrométrie de 46 à 54 % sans VMC intérieure.

– En conclusion :

Le système de ventilation est en test et perfectible. Je ferai certainement un retour au bout d’un ou deux ans avec de possibles modifications. Je n’ai pas utilisé de membranes dans les murs de mon container parce que les différentes solutions provoquaient plus de condensation avec que sans .

Découvrez comment constuire une mini-maison container.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *